IAHP (grippe aviaire) relèvement du niveau de risque de négligeable à modéré

La situation sanitaire internationale et européenne en matière d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) est fortement évolutive depuis plusieurs semaines.

Les autorités sanitaires néerlandaises ont notifié le 21 octobre un cas dans l’avifaune sauvage dans la région d’Utrecht (deux cygnes tuberculés (Cygnus olor). En outre, de nouvelles détections dans l’avifaune sauvage migratrice sont en cours de confirmation dans ce pays. Les cas détectés se situent à environ 200 km de la frontière française et dans des zones connues comme couloirs de migration.

Arrêté grippe aviaire

Carte zone à risque grippe aviaire

IAHP biosecurite basses cours

Au vu de cette situation évolutive au regard du risque d’introduction du virus de l’IAHP via l’avifaune sauvage sur le territoire national, le Ministre de l’Agriculture a décidé, après concertation avec l’ensemble des opérateurs des filières concernées et de la Fédération nationale des chasseurs, de relever le niveau de risque de « négligeable » à « modéré ».

L’arrêté du 23 octobre 2020 qualifiant le niveau de risque de modéré en matière d’influenza aviaire hautement pathogène sur l’ensemble des territoires métropolitain est applicable à compter de ce jour.

Cet arrêté prévoit l’application des mesures de prévention ci-après:

1/ Dans toutes les communes:

  • la surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux ;
  •  l’interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée de la France ;
  • la vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

2/ Dans les communes situées dans les zones à risque particulier (ZRP)  voir carte ci-jointe, les mesures supplémentaires doivent être appliquées :

  • la claustration des volailles ou protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs ;
  • l’interdiction de l’organisation de rassemblements dans les ZRP et la participation des volailles originaires de ZRP dans les zones au risque « négligeable » ;
  • l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes ;
  • l’interdiction de l’utilisation d’appelants.

Ces mesures de prévention ont pour but de protéger les volailles domestiques d’une potentielle contamination qui aurait des conséquences désastreuses pour les échanges et exportations d’animaux vivants et de viandes de volailles.

Le retour à un niveau de risque « négligeable », en l’absence de foyer ou de cas, pourrait intervenir en janvier, après la fin des migrations si le contexte sanitaire le permet.